[wpml_language_selector_widget]

Partager l'article

LE MYSTÈRE PAULA BEER

Allemagne

Zoom sur l’egnimatique Paula Beer, actrice connue du public français pour avoir tourné en 2016 aux côtés de Pierre Niney dans Frantz

C’est l’été au bord de la mer Baltique. Quatre amis se réunissent dans une maison de vacances. Il y a Léon, un jeune écrivain un peu timide, et il y a la fascinante Nadja. C’est la troisième fois que Christian Petzold tourne avec l’actrice Paula Beer. Après Ondine (2020), elle est au cœur du Ciel rouge, comédie romantique à la lisière du film catastrophe.

le-mystère-paula-beer
© PAULA BEER

C’est à l’occasion du très étrange Transit (2018) que Paula Beer rencontre pour la première fois Christian Petzold. Dans cette histoire de Seconde Guerre mondiale tournée dans un Marseille contemporain, elle est la mystérieuse Marie, à la recherche de l’homme qu’elle aime parmi les réfugiés fuyant l’Occupation. Cinéaste allemand, Petzold s’est déjà fait un nom en France pour ses remarqués Barbara (2012) et Phoenix (2014). Alors âgée de 23 ans, Paula Beer est elle aussi connue du public français pour avoir tourné en 2016 aux côtés de Pierre Niney dans Frantz, drame historique réalisé par François Ozon. On la retrouvera ensuite en 2019 dans le blockbuster sous-marin d’Antonin Baudry Le Chant du loup, dans le rôle de la petite amie de l’opérateur sonar Chanteraide, interprété par François Civil. 

 

le-mystère-paula-beer
© Paula Beer

Depuis Transit, Paula Beer est l’actrice principale de tous les films de Christian Petzold. C’est ainsi qu’elle obtient l’Ours d’argent de la meilleure actrice à la Berlinale 2020 pour son rôle de spécialiste de l’urbanisme berlinois et génie des eaux dans le drame mi-réaliste mi-fantastique Ondine. Avec Le Ciel rouge, Petzold offre à l’actrice une nouvelle variation d’un même personnage, à la fois charmant et impénétrable. « Paula Beer est l’une des très rares actrices qui soit à la fois très jeune et capable d’exprimer des expériences que d’autres font seulement bien plus tard », disait le cinéaste après le tournage d’Ondine, précisant : « Et les deux niveaux sont toujours présents en même temps, la jeunesse, le désir d’être jeune, et l’expérience de la vie. » Le Ciel rouge est indéniablement un film sur la jeunesse : l’été, l’insouciance, les premiers émois amoureux. Le canevas est connu. Mais il y a autre chose, une insaisissable gravité dans l’air. « Quelque chose cloche », remarque l’un des personnages dans les premiers plans, comme au début d’un film d’horreur. Mais la tragédie qui menace n’a rien de fantastique. Comme le titre du film l’indique, ce sont les feux de forêt et autres conséquences du dérèglement climatique qui sont en cause. Et la jeunesse de 2023, tout en ayant toujours l’insouciance amoureuse des générations précédentes, a aussi en elle une conscience mature des enjeux écologiques. Et qui de mieux que Paula Beer pour interpréter cette riche ambivalence ?  

 

Pierre Charpilloz

Le Ciel rouge de Christian Petzold, en salles à partir du 6 septembre 2023