Partager l'article

VINCENT FERRANE, L’ESSENCE DE L’ÊTRE

Le photographe, installé à Paris, sonde l’intime et le quotidien, l’humain et les fragments de corps, l’intériorité et les intérieurs, dans une réinterprétation constante du réel mêlant sensibilité et symbolisme.

Le langage visuel de Vincent Ferrané interpelle au premier regard. Non seulement par ce qu’il montre dans ses images, mais aussi par ce qu’elles signifient. Ce virtuose cristolien a d’abord entrepris des études scientifiques pour devenir chirurgien-dentiste avant de changer de trajectoire au mitan des années 2000. Depuis lors, celui qui fête cette année ses 50 printemps s’est façonné une carrière à la fois discrète et remarquable, réalisant des reportages pour la presse magazine (The New Yorker, Libération, Le Monde, Les Inrocks, Télérama). Son travail personnel se révèle aussi riche que ses commandes éditoriales. 

De sa recherche approfondie de l’humain, de l’intime, du quotidien et des vicissitudes de la vie, Vincent Ferrané a tiré plusieurs ouvrages, parus aux éditions Libraryman : Milky Way (portraits de sa compagne Armelle donnant le sein à leur enfant), Every-Day (personnes transgenres ou non binaires, sans classification ni mention), Iconography, XXV Figures of Jeanne Damas (étude des standards de la beauté et des canons esthétiques) ou encore Visitor (femmes artistes en plein travail dans leur atelier). 

Expériences incarnées

Dans ses plus récents travaux, Vincent Ferrané signe son nouvel essai photographique, Inner, qui nous immerge dans son appartement parisien au moment du confinement. Ici encore, ses clichés intimes de la vie domestique et de sa compagne explorent le corps en mouvement, à la fois vêtu et dévêtu. « En regardant ces images faites de fragments d’un corps, d’un visage et de gestes quotidiens qu’un soleil permanent découpe et inclut dans une pièce d’un espace de vie, on comprendra simplement qu’il est question d’intérieur, d’intériorité et d’intimité que l’on peut partager avec quelqu’un », explique-t-il. 
Avec sa série Embedded, il met ses talents au service des Hôtels Amour, qui développent des projets avec le monde de la création. En 2023, la chaîne hôtelière a ainsi lancé un cycle de résidence avec pour thème le regard sur la ville, le corps et l’horizon. En collaboration avec la performeuse Pauline Lavogez, Vincent Ferrané donne ici sa vision, toujours plus singulière, au sein de l’espace confiné d’un lit, transformé en scène minimaliste et performative. « Les arts de l’éphémère, de la performance chorégraphique et de la pensée photographique convergent ici pour inventer les notations dans lesquelles le temps est à la fois le sujet et le matériel, se révélant comme une incarnation du corps en mouvement. »

Nathalie Dassa

vincentferranephotography.com

France – Paris