Partager l'article

Ode au patrimoine architectural de l’Arizona

Les fondateurs de The Ranch Mine, basés à Phoenix, créent des expériences de vie durables, vibrantes et originales en Arizona, pour faire perdurer l’héritage pionnier de leur État natal.

« Honor the past, challenge the norm, and inspire the future. » Telle est l’accroche que Cavin et Claire Costello emploient depuis la création de leur cabinet d’architecture en 2010. La singularité du duo de The Ranch Mine ? Avoir exploré l’histoire, les racines et le patrimoine architectural de l’Arizona lors d’une traversée de sept mois, en sillonnant les paysages désertiques, les montagnes rocheuses, les réserves indiennes, les ranchs typiques, en découvrant la production agricole, les anciennes activités minières… Ce qu’ils en ont retenu, c’est cet éternel « esprit pionnier » présent dans l’Ouest américain. « Il est toujours bien vivant aujourd’hui chez beaucoup d’entre nous, les pionniers modernes, explique le tandem, et sert d’inspiration pour continuer à voyager vers l’inconnu afin de créer des expériences de vie originales et diverses. » Leurs projets sont le reflet de cette vision pérenne, comme les conceptions O-asis et White Dates. 

Pour l’amour du désert

La première est sise du côté nord de la réserve de Phoenix Mountain, au cœur d’un quartier indigène isolé de la vie urbaine. O-asis est une maison intelligente, alimentée à l’énergie solaire. Les fondateurs l’ont conçue pour capitaliser sur la beauté intemporelle du désert entre soleil, faune et flore. La demeure est ainsi entourée de plantes indigènes issues du paysage aride de Sonora. La topographie a été affinée et exagérée, reliant les zones de drainage naturelles et l’habitat tout en offrant une certaine intimité. La maison est également protégée par une clôture « en forme de serpent à sonnette en acier rouillé et finie en stuc blanc avec des niches en bois encastrées ».


Au cœur de la maison, une cour centrale ornée de plantes, fonctionnant comme une galerie d’art, invite la lumière naturelle et l’air frais à entrer. Dans l’espace de vie, le vitrage escamotable canalise les brises fraîches, tout en brouillant les frontières entre intérieur et extérieur. La grande salle comporte des parties faites de noyer doublé de feutre acoustique, permettant au propriétaire, un pianiste mélomane, de profiter d’une acoustique de qualité. À proximité, un shala de yoga, doté d’un sol en liège, s’étend jusqu’au désert. Quant à la suite principale, elle se limite à la taille du lit de la chambre afin de mieux utiliser l’espace pour la salle de bain, inspirée du spa. L’ensemble des installations (lumières, haut-parleurs, stores, serrures, caméras) peut être contrôlé à distance, et une piscine vient parachever la beauté de cette oasis arizonienne paisible.

Place au mid-century moderne

La seconde est une rénovation de la White Gates, villa emblématique de Phoenix, conçue par Al Beadle en 1954 et restée vacante depuis de nombreuses années. Les architectes ont eu la gageure à la fois d’honorer l’héritage et d’ajouter un nouveau chapitre. La maison prend ainsi le nom de White Dates, tiré d’une pièce de théâtre sur cette icône architecturale et ses portes blanches. Le duo puise ici dans le style mid-century moderne, notamment avec le palmier dattier, planté au milieu de l’auvent triangulaire, qui fait référence à l’entrée du légendaire City Hall d’Albert Frey à Palm Springs. 


L’aménagement intérieur a été déterminé par la vue sur la mythique Camelback Mountain. La grande salle, dotée de portes vitrées, s’ouvre ainsi sur différents patios pour une vie intérieure et extérieure harmonieuse. Celui qui se trouve à l’avant de la demeure est le plus proche du mid-century moderne, avec ces parpaings qui masquent la route et resserrent la vue sur la montagne. Quant à la décoration intérieure, les architectes ont utilisé le motif de la feuille de palmier dattier, tout en gardant une palette sobre (sols en béton, plâtre dans la salle de bain, noyer et chêne blanc pour le mobilier) pour une véritable symbiose avec l’environnement désertique ancestral.

Nathalie Dassa

theranchmine.com

États-Unis – Arizona