Partager l'article

LACAN, QUAND L’ART RENCONTRE LA PSYCHANALYSE

« […] en sa matière, l’artiste toujours […] précède [le psychanalyste] », disait Jacques Lacan. Deux historiens d’art associés à deux psychanalystes ont réuni au Centre Pompidou-Metz un ensemble d’œuvres d’art anciennes, modernes et contemporaines propres à éclairer le rapport que le célèbre psychiatre et psychanalyste entretenait avec les images, mais aussi l’influence qu’il a pu exercer sur certains artistes contemporains.

Psychanalyste et collectionneur averti, Jacques Lacan est connu pour avoir fait l’acquisition de L’Origine du monde de Courbet. Icône du désir, ce sexe de femme peint en gros plan venait fleurir, derrière un tableau-cache coulissant peint tout exprès par André Masson, une collection très variée allant de l’anthropologieà l’art moderne, en passant par le surréalisme. 
« En tant qu’il a été défini par Leon Battista Alberti comme une fenêtre ouverte sur le monde, le tableau a quelque chose à voir, en tant qu’écran, avec le fantasme », avance dans le catalogue de l’exposition le co-commissaire Bernard Marcadé, rappelant les concepts freudiens et lacaniens associés à celui du fantasme, à savoir la sublimation, l’objet caché (analysé par Lacan dans le tableau des Ménines de Vélasquez, notamment) ou encore la pulsion scopique (définie par Freud comme le désir de posséder l’autre par le regard). Un vaste programme envisagé à travers des œuvres analysées par Lacan, d’autres influencées par sa pensée, d’autres encore y faisant écho, signées, notamment, Francisco de Zurbaran, Constantin Brancusi, René Magritte, Salvador Dalí, Man Ray, Marcel Duchamp, Cindy Sherman, Louise Bourgeois, Annette Messager, Maurizio Cattelan, Tatiana Trouvé ou Laura Amiel. 

Objet du désir

La première section consacrée au « Stade du miroir », théorie fondamentale élaborée par Lacan en 1936 mettant au jour l’expérience primordiale pour le développement de l’enfant et la construction de l’identité, confronte au fameux Narcisse du Caravage un miroir-piège de Michelangelo Pistoletto, un miroir scindé en deux (Félix Gonzalez-Torres) et un miroir opacifié (Bertrand Lavier) – de quoi « subvertir le sujet » et troubler notre regard, et plus encore : « N’ayant d’épaisseur que celle de l’image, le Moi [reflété dans le miroir altéré] se montre […] une dimension inconsistante, fragile, menacée, et ce que l’on tenait pour l’instance de la réalité se montre en réalité illusoire, une vraie instance de méconnaissance1… »

« Je est un autre » 

Autre paradoxe, autre « aliénation » étudiés par Lacan : le regard en tant qu’objet extérieur échappant au regardeur. Au regard du sujet – objet de vision mais aussi d’aveuglement –, le psychanalyste oppose « le regard qui est au-dehors », « le regard des choses 1 ». Ayant opéré une disjonction entre l’œil et le regard, la « schize du voyant et du regardé » – devenant « tableau » –, il instaure « la division du sujet […] dans le champ du visible 1 ». Une disjonction admirablement mise en scène dans une vidéo de Douglas Gordon de 2020 intitulée Upshot (« Coup d’éclat ») : on y voit une scène de film se refléter dans un œil cadré en gros plan. Une mise en abyme qui, au vu de « l’extension actuelle des puissances du regard », « entre vidéosurveillance, drones et nuées de satellites [matérialisant] la doctrine lacanienne du regard 1 », fait froid dans le dos…

  1. Gérard Wajcman dans le catalogue de l’exposition 

STÉPHANIE DULOUT 

« Quand l’art rencontre la psychanalyse »

Centre Pompidou-Metz

1, parvis des Droits-de-l’Homme, Metz

Jusqu’au 27 mai 2024

France – Metz

centrepompidou-metz.fr