Partager l'article

AMANDA CHARCHIAN : CÉLÉBRER LA BEAUTÉ DU CORPS FÉMININ

L’artiste pluridisciplinaire californienne fusionne la photographie, la sculpture et la peinture en explorant la sensualité féminine entre spiritualité et physicalité, mysticisme et surréalisme, architecture et géométrie des formes.

Amanda Charchian magnifie la beauté féminine dans ses mises en scène, capturant le corps sous sa forme la plus pure et la plus vulnérable. Cette diplômée de l’Otis College of Art and Design, spécialisée en peinture et en sculpture, a pris la voie de la photographie. Depuis dix ans, elle expérimente le monde physique entre la sphère subconsciente et les expériences mystiques dans des images empreintes de mystère, de surréalisme et de sérénité. Ses collaborations comptent une myriade de magazines (Vogue British et Vogue Italia, Purple, Numéro) et de marques et labels (Gucci, Chloé, Cartier, Vivienne Westwood, Sony Music, Universal Records). Elle a également travaillé avec la maison de parfums de luxe française Ex Nihilo pour la fragrance Idle Hour, en créant des images inspirées de « l’idée qu’une odeur particulière nous entraîne dans un espace mental oublié par la mémoire visuelle ». 

L’art par les femmes, pour les femmes

Explorer le monde, se connecter aux gens, honorer et créer la beauté : telles sont les lignes directrices de cette Californienne, aux origines iraniennes par ses parents, qui garde toujours en ligne de mire l’empowerment féminin et la sororité mystique : « Les femmes fortes sont une constante source d’inspiration. Pour moi, une femme pleinement épanouie qui s’est faite toute seule est la force la plus puissante au monde. Elle peut tout faire. » Reflet de cette image, Amanda Charchian est pleine de beauté, d’intelligence, de savoir-faire et de talent. L’artiste, représentée par la Fahey/Klein Gallery à Los Angeles, partage son travail entre peinture, sculpture, photographie et même design. Elle a ainsi créé la table Lehzat, fabriquée à partir de fragments de marbre, pour profiter « des arts sensuels entre manger, boire, jouer à des jeux et flirter autour d’un thé », comme elle le souligne sur Instagram. Pour Amanda Charchian, le travail photographique, qu’il soit argentique ou numérique, reste un outil pour courber la lumière, tout en laissant exprimer la couleur.  

Entre corps et architecture

Au cœur de son processus, l’artiste questionne le rapport entre le corps féminin et les formes de l’architecture. L’exposition « Pheromone Hotbox » à la Steven Kasher Gallery de New York en 2015 est ainsi devenue sa première monographie. Elle y présente 27 artistes féminines nues dans des lieux singuliers à travers le monde, notamment en Islande, en France, au Costa Rica, au Maroc, en Israël et à Cuba. Sa série Mono, présentée à la galerie Huxley-Parlour lors du Photo London en 2018, combine ses connaissances en peinture avec des études de nu contemporaines en noir et blanc. Elle examine l’expérience sensuelle de l’architecture, apposant des couleurs primaires qu’elle peint à l’acrylique. Quant à Pleasure and Service, ce sont des images capturées à la Casa Organica de Javier Senosiain et à la Casa Mila d’Antoni Gaudi. « J’ai réfléchi à l’intimité de l’architecture et à la façon dont les lignes curvilignes informent les expériences vécues et se rapportent au corps, évoluant souvent vers un niveau subconscient », explique-t-elle sur son Instagram. Depuis près de quinze ans, Amanda Charchian invente ainsi sa passion et son amour de l’art dans un univers en constante évolution, fait de douceur, de mystère et de liberté.

Nathalie Dassa

amandacharchian.com

Crédits photo © Amanda Charchian

Acrylique sur gélatine argentique de la série Mono sur l’expérience sensuelle de l’architecture.

Impressions chromogéniques

Collaboration parfum Idle Hour avec Ex Nihilo (photos de campagne)

Parfum, design et campagne par Amanda Charchian

Table Lehzat,  

Fragments de marbre Silver Portoro et Calcutta Gold,

Orchidée

Édition 1/3

Plaisir et Service, (Senosiain et Gaudi)

Acrylique sur impression à la gélatine argentique, huile sur toile dans un cadre en bois d’artiste.

Édition 1/3

États-Unis – Californie