Partager l'article

DANS LE MONDE MONOCHROME ET MINIMALISTE DE NINA PAPIOREK

Avec un rare savoir-faire, la photographe allemande combine l’architecture, le paysage urbain, l’abstraction géométrique, la finalité du trait et la photographie de rue. 

Une vision globale minimaliste d’un autre monde où le noir et blanc, ses tonalités radicales et ses nuances de gris transportent le regardeur dans une esthétique à la fois contemporaine, futuriste et historique. « Le noir et blanc est pour moi une réduction à l’essentiel. Il se concentre sur le sujet de la photo », explique-t-elle. Nina Papiorek s’est lancée dans la photographie en 2004 et ne cesse depuis lors de perfectionner son art. Elle a contribué à plusieurs projets de livres et a cofondé Dorfcollective, un collectif qui arpente les (re)coins inconnus des rues de Düsseldorf et des villes étrangères. Si la lumière joue également un rôle prépondérant dans la maîtrise de son processus créatif, une petite silhouette humaine (voire plusieurs) habille toujours ses mises en scène, marquant les différentes échelles de ces planifications spatiales. Comme une impression de solitude et de perte dans l’environnement urbain. La méticulosité du regard de cette photographe multiprimée est l’expression de son amour pour les éléments graphiques, les combinaisons, les dimensions, les formes, les lignes et les structures qu’elle fixe sur sa pellicule à travers le monde. Chacune de ses images, qu’elles soient brumeuses ou enneigées, semble avoir une histoire à raconter.

Nathalie Dassa

ninapapiorek.com

Allemagne – Oberhausen