Partager l'article

FOCUS, CLAIRE MORGAN, LA VALSE DES PENDUS

Si la vie ne tient qu’à un fil, c’est la mort que Claire Morgan suspend à ses fils – ceux-là même qui, garnis de peaux d’oiseaux, composent son dernier mobile intitulé Song. Un titre primesautier pour une œuvre funèbre aux allures de memento mori : une guirlande d’oiseaux morts aussi ravissante que terrifiante. Car s’ils sont évidés, les pendus ont gardé le luisant et la vivacité de leur plumage… « I only dared to touch you once I knew that you were dead » [« Je n’ai osé te toucher que lorsque j’ai su que tu étais mort »] : tel est le titre de la nouvelle exposition de Claire Morgan présentée à la galerie Karsten Greve (à Paris après Cologne) 1. Il contient toute la poésie et toute la délicatesse des dernières œuvres de l’artiste irlandaise qui n’a de cesse de parler de « notre vulnérabilité » et de « notre propre malaise vis-à-vis de l’impermanence de toute chose dans la vie. » 

Auréolée d’oiseaux morts, telle une prophétesse de « l’ère de l’extinction massive dans laquelle nous entrons », la femme nue et déjà exsangue trônant au centre de son installation The inevitable heat death of the universe [L’inévitable mort thermique de l’univers] apparaît comme une véritable allégorie de la destruction. Dans d’autres œuvres, c’est cette même femme nue, modelée en cire ou dessinée au pastel, qui apparaît affublée d’une peau de renard protectrice et régénératrice : chez Claire Morgan, la frontière entre la mort et la vie est toujours ténue. Une troublante proximité à l’œuvre dans ses derniers dessins mêlant à l’aquarelle et au crayon les fluides corporels récupérés lors du processus de taxidermie…

STÉPHANIE DULOUT

  1. Titre qui est aussi celui du livre illustré présenté dans l’exposition, ouvrage composé de sept dessins et de deux textes manuscrits formant un dialogue entre une femme vivante et un renard mort. 

Claire Morgan : “I only dared to touch you once I knew that you were dead”

Galerie Karsten Greve

5, rue Debelleyme, Paris 3e 

Jusqu’au 6 janvier 2024

galerie-karsten-greve.com