Partager l'article

LINEARCURVATURE : « DERRIÈRE LES MURS SE CACHENT TANT D’HISTOIRES »

Veronica n’est pas très bavarde quand il est question de sa personne. « Je préférerais simplement être connue sous le nom de Linearcurvature », prévient-elle. Diplômée de la Parsons School of Design de New York, elle n’a pas embrassé les arts qu’elle avait étudiés, une fois sortie de l’école, jusqu’à ce qu’elle commence la photographie il y a quatre ans. « J’ai fini par me lancer dans le travail social après l’obtention de mon diplôme, et personne n’aimait vraiment mes photos, jusqu’au jour où mon mari m’a dit que je devrais essayer à nouveau, après avoir regardé mes anciens travaux. »

À travers ses clichés, ce sont des bâtisses fantomatiques que Linearcurvature met en scène. « J’adore la façon dont l’architecture est si abondante et unique partout où vous allez. Cela change également avec la lumière. J’aime les choses simples et minimales dans la vie, c’est donc tout naturellement que j’essaie de trouver des formes géométriques dans la ville, à travers l’architecture. […] Avant, j’aimais les bâtiments plus récents et modernes, mais en vieillissant, je commence à apprécier l’architecture brutaliste. Vous apprenez à apprécier les détails : où l’architecte a placé les objets et comment la lumière joue un rôle important. » Et d’ailleurs, pourquoi l’architecture ? « Quand j’étais enfant, j’ai toujours été fascinée par les avions, alors naturellement je levais les yeux au ciel. » Alors qu’elle s’en va étudier à New York, ses yeux, cherchant les cieux, se confrontent à l’architecture de la Grosse Pomme. « Depuis, je trouve l’architecture fascinante et j’aime le fait que derrière les murs se cachent tant d’histoires. »

Lisa Agostini

instagram.com/linearcurvature  

États-Unis – Los Angeles