Partager l'article

LES ESPACES RÊVEURS ET STIMULANTS DE SARAH DOYLE

Irlande – Dublin

La photographe irlandaise interroge notre conception de la réalité et nos rapports aux objets et à l’échelle. Cette ancienne diplômée de l’Université des Arts de Londres offre une approche « ludique et délibérément ambiguë » de l’expérience féminine.

© Sarah Doyle, Anastasia wearing Issey Miyake from Hi! Fashion project

Couleurs, aplats, contrastes, lignes et formes sont autant d’expressions de ce monde pour créer le sien dans des images esthétiques et surréalistes qui requestionnent notre relation avec le quotidien. C’est également dans l’épure que Sarah Doyle maîtrise son art.

« J’aime explorer les interactions infinies possibles avec un minimum d’éléments. », explique-t-elle « J’examine les objets à la fois pour les comprendre et les décontextualiser, comme les fragments d’une idée encore en train de germer. »

© Sarah Doyle, Blue Collar

Un jeu permanent savoureux où les protagonistes s’amusent avec les accessoires du quotidien, lesquels deviennent eux-mêmes des personnages à part entière. C’est ce que dévoilait en outre son premier solo show « Make the World Go Away » à l’Atelier Now Gallery de Dublin en 2021. « Jouer avec les objets est une forme d’évasion, une façon de voyager – voire d’inventer – de nouveaux lieux. », ajoute la photographe.

© Sarah Doyle, Hockney story

Un portfolio inventif, graphique et aux couleurs énergisantes, qui convoque aussi bien Issey Miyake que le groupe Memphis et David Hockney.

Nathalie Dassa

www.sarahdoylephotography.com