Partager l'article

LES PEINTURES DIAPHANES DE CLÉMENT DAVOUT 

Luxembourg

Tout commence par une photographie floue. Feuilles, fleurs, branchages… Clément Davout s’amuse à capturer des fragments du quotidien lors de ses balades dans les édens végétalisés de la capitale. À première vue, les œuvres s’apparentent à des cyanotypes où des couches de peinture à l’huile – légèrement brossées – se superposent avec dextérité. Sur d’autres compositions, la légèreté de l’aquarelle se conjugue subtilement avec les pigments colorés du crayon de couleur.

Étudiés au préalable sur Instagram, les dégradés de couleurs en toile de fond sont le point de départ de son processus de création. L’artiste retranscrit ensuite ses photographies monochromes à l’intérieur de la fenêtre minimaliste qui compose chacun de ses tableaux. « J’avais dans l’idée de créer des peintures qui viennent nous caresser en profondeur. J’ai donc voulu que le paysage soit représenté d’une manière abstraite »,appuie-t-il. 

Ombre et lumière se donnent le mot pour mettre en relief un flou artistique – similaire au travail de Gerhard Richter qui a beaucoup inspiré le peintre dans son travail. Par cette mise en abyme, Clément Davout exprime tout simplement ses souvenirs et la beauté de la nature qui l’entoure. 

Jusqu’au 9 septembre, les dessins de Clément Davout font l’objet d’une exposition collective intitulée « Un été en papier » au sein de la galerie Reuter Bausch. À l’approche du programme hors les murs du Centre d’Art Contemporain de Nîmes, le peintre s’apprête à réaliser une grande fresque sur un immeuble situé non loin du lieu culturel. 

Clementdavout.com

instagram.com/clement_davout

 « Un été en papier »
Galerie Reuter Bausch
14, rue Notre-Dame, Luxembourg 
Jusqu’au 9 septembre 2023

reuterbausch.lu

Marine Mimouni