Partager l'article

SPLENDEUR EN CÔTE BASQUE

Avec sa maîtrise des cadrages, de la lumière naturelle et de la narration rigoureuse, Roberto Badin continue son exploration des espaces, magnifiés par son regard qui capte leur simplicité et leur infinité.

© Roberto Badin
© Roberto Badin

Ce photographe originaire de Rio de Janeiro délaisse ainsi les métropoles japonaises pleines de contrastes qu’il avait immortalisées dans Inside Japan pour nousplonger ici dans la ville de Biarritz, où il vit.

« Quand on a grandi face à la mer, le sentiment océanique ne nous quitte jamais », explique-t-il. Son nouvel ouvrage, Après l’été, dévoile ainsi une approche plus personnelle, puisant ses sources dans l’art, l’architecture, le cinéma et la littérature. Surtout chez Georges Perec, à travers ce qu’il appelait « l’infra-ordinaire », où le banal et le quotidien deviennent une esthétique fascinante.

« Ce qui m’a le plus marqué lorsque je me suis installé sur la Côte basque, c’est la lumière et les changements d’atmosphère qui se révèlent être encore plus forts hors saison. L’émotion qui s’en dégage est tellement puissante que j’ai ressenti le besoin de la retranscrire en images. »

© Roberto Badin

Dans cette expédition, faite à pied dans un rayon de 4 km, équivalant à la distance de la plage de Copacabana où il a grandi, chacune d’elles se compose ainsi comme « un tableau où la lumière lui sert d’outil de construction ».

© Roberto Badin
© Roberto Badin

Pour ce virtuose, qui a découvert le médium à 14 ans et pour qui les plages et l’esthétique graphique des constructions d’Oscar Niemeyer figurent parmi les premiers clichés, ce parcours est devenu « un voyage avec ces frontières imaginaires… ».

Après l’été de Roberto BADIN, texte de Ana Cardinale

Éditions 37.2, 2023

45 €

robertobadin.com

Nathalie Dassa

© Roberto Badin