Partager l'article

BEN SLEDSENS 

©Tim Van Laere Gallery

Mais qu’est-ce qui fait le succès de Ben Sledsens ? Repéré par l’éminent galeriste anversois Tim Van Laere avant même qu’il ait son diplôme en poche, le peintre belge (né en 1991 à Anvers) ne peut aujourd’hui satisfaire à toutes les commandes qui lui sont faites – au point d’avoir une liste d’attente –, tandis que chacune de ses nouvelles expositions affiche sold-out ! Qui eut cru que ses grandes toiles figuratives aux traits naïfs et aux couleurs vives semblant à contre-courant de toutes les modes et de toutes les tendances puissent rencontrer un tel succès ? Serait-ce justement parce qu’elles semblent hors du temps ? Sans doute devons-nous y voir un antidote à notre monde désenchanté. 

©Tim Van Laere Gallery

Puisant dans la mythologie des peintres naïfs (de Pieter Brueghel l’Ancien à Henri Rousseau) et des grands coloristes (Pierre Bonnard, Henri Matisse, James Ensor, Claude Monet…) et créant sa propre mythologie, c’est bien d’un réenchantement que participe la peinture de Ben Sledsens. In the Yellow Forest (2022), Moon Above the Lake (2018), Girl Lying in the Grass (2019), Girl in the Blue Room (2020)… « Dans ses toiles de grande envergure, il dévoile des fragments de son monde imaginaire, une utopie dans laquelle il souhaiterait vivre lui-même », un univers aux couleurs acidulées de conte de fée. Dans ce « nouveau monde » empreint d’un « rayonnement idyllique » et dépourvu d’ombres où les éléments du « vrai monde » – de la nature environnante ou de son environnement quotidien – apparaissent agrandis, idéalisés, comme transfigurés par une lumière irréelle et des couleurs pures, plane cependant une « inquiétante étrangeté ».

©Tim Van Laere Gallery

De ses paysages habités par des animaux ou des femmes étendues sur des parterres fleuris, de même que dans ses portraits d’intérieurs soigneusement composés, émane un sentiment trouble, une tension sourde semblant prête à faire vaciller ce monde trop léché et trop parfait. Et le peintre, par-delà les saveurs sucrées de ses monochromies rose bonbon ou jaune canari, de semer ici et là quelques anomalies propres à nous extraire de ce rêve éveillé en Utopie. Ainsi de la vaisselle toute bleue du vaisselier semblant lui-même contaminé par le bleu répandu sur la porte et le mur de la Femme dans la pièce bleue, dont le regard noir et les bottes luisantes ne peuvent passer inaperçus…  

©Tim Van Laere Gallery

Stéphanie Dulout

TIM VAN LAERE GALLERY
Jos Smolderenstraat 50, 

Anvers, Belgique

http://www.timvanlaeregallery.com

https://www.instagram.com/bensledsens/?hl=fr