Partager l'article

Portrait d’artiste #7 : Cat Loray, Voir l’Invisible

« La peinture et le dessin m’ont amenée à créer des formes dans l’espace : le dialogue qui se crée entre une forme et son environnement est identique à celui du pinceau et de la toile.

Le processus de création est constant : accumulation, succession de traits ou de points, mise en forme de modules mettant en évidence le rapport des éléments entre eux, comme le trait, la densité, l’espace, le vide. J’exploite, je cherche, je m’aventure dans toutes sortes de supports ou de matériaux (p. ex. toile, papier, terre, caoutchouc, métal, bois), j’assemble, je colle, je construis puis déconstruis, je dessine beaucoup et je jette énormément.

Je salis, j’observe toutes sortes de choses : une tache d’huile sur un papier, les traces d’un vieillissement sur un mur, le vol des oiseaux migrateurs, l’accumulation d’éléments naturels, la formation d’une cellule. Je prends des photos, je répertorie, j’inscris ces instants comme s’il s’agissait d’un répertoire d’images. Peinture, sculpture et dessin ne font qu’un, mon travail passe de l’un à l’autre et ces activités se confrontent, s’organisent, se répondent. Rien n’est acquis ni terminé, je n’aime pas l’idée de ʺfinirʺ. Les images ou les formes que je mets en scène sont semblables aux paysages que nous enregistrons dans nos observations, une image qui reste dans nos esprits… » Cat Loray

J’ai découvert le travail de l’artiste Cat Loray lors d’une visite de son exposition « Virga » à la galerie Fernand Léger (Ivry-sur-Seine) sur les conseils avisés de Stéphanie Dulout, critique d’art.

Cette exposition nous offre une déambulation sensorielle dans laquelle les œuvres de Cat Loray se répondent, se confrontent et se muent sous nos yeux.

Ses dessins deviennent sculptures et ses sculptures deviennent images. Selon notre point de vue, ses œuvres nous transmettent d’autres propositions, d’autres émotions…

« Je n’aime pas l’idée de ʺfinirʺ », nous explique l’artiste. N’est-ce pas là un signe d’absolue liberté ? Se donner la possibilité de transformer encore et encore, jusqu’à côtoyer l’infini.

Le titre de cette interview « Voir l’invisible » est une réponse à l’exposition de Cat Loray « Et si l’on pouvait voir en fermant les yeux » (2018) qui résume parfaitement le processus créatif de son art. C’est l’occasion pour moi d’échanger avec l’artiste sur ses inspirations, ses axes de recherche et les contraintes qui la poussent à nous dévoiler la part invisible du monde qui nous entoure.

ABONNEZ VOUS À LA NEWSLETTER

THE VINTAGE FURNITURE
VENTE DE MOBILIER VINTAGE
Grande sélection de meubles, luminaires et décoration vintage. Grands designers scandinaves www.thevintagefurniture.com