Dans l’intimité des grands marchands d’art

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

For Art’s Sake: Inside the Homes of Art Dealers vous invite à des visites exclusives dans les demeures privées de marchands d’art contemporain et dévoile l’univers intime de ces grands noms qui font le marché de l’art aujourd’hui.

For Art’s Sake
For Art’s Sake: Inside the Homes of Art Dealers. Photo de Jean-François Jaussaud

Passionnés, dénicheurs de talents et surtout avisés commerçants, ces experts du marché de l’art achètent et revendent des œuvres à des collectionneurs et institutions de renom. Mais à quoi peut bien ressembler l’intimité de ces courtiers d’élite qui baignent au cœur de la création contemporaine ? Vous le découvrirez dans For Art’s Sake: Inside the Homes of Art Dealers, un beau livre qui donne accès aux demeures privées de 24 grands marchands d’art, photographiées par Jean-François Jaussaud, accompagné de Tiqui Atencio Demirdjian, collectionneuse vénézuélienne qui signe les textes.

De New York à Londres, en passant par Bruxelles, São Paulo et Los Angeles, cet ouvrage captivant nous emmène notamment chez Dominique Lévy, Brett Gorvy, Almine Rech-Picasso, Barbara Gladstone, Kamel Mennour ou encore Axel et May Vervoordt. Chaque résidence privée a son propre style, sa propre touche – certaines grandioses et d’autres sobres, mais chacune réellement unique. Collectionneuse d’art moderne et contemporain, Tiqui Atencio Demirdjian connaît bien ces demeures remarquables où elle a été plusieurs fois invitée.

C’est l’envie d’en savoir plus sur les choix artistiques des marchands d’art et la façon dont ils vivent avec des chefs-d’œuvre au quotidien dans leur vie privée qui lui a inspiré l’idée du livre : « Je voulais comprendre ce que cela signifiait de passer toute sa vie entouré des meilleures créations d’art contemporain, tant au travail qu’à la maison. Et je voulais en savoir plus sur l’origine de leur plaisir de collectionner […] J’ai pu constater par moi-même comment ils choisissent de vivre avec l’art d’une myriade de façons […] Certains des marchands présentés dans le livre considèrent leur maison comme un prolongement de leur monde professionnel, tandis que d’autres la considèrent comme un refuge loin de la vie active. »

For Art’s Sake
For Art’s Sake: Inside the Homes of Art Dealers. Photo de Jean-François Jaussaud

Des intérieurs différents selon les envies personnel et professionnel 

Il est intéressant de voir comment chaque marchand d’art met en scène ses propres goûts et fait fonctionner les œuvres dans son environnement personnel. Certains d’entre eux ont besoin de se couper de leur vie professionnelle, comme le courtier britannique Sean Kelly, basé à New York, dont la demeure au bord du fleuve Hudson est « un véritable refuge » : « Quand vous êtes marchand, lorsque vous traversez une foire d’art, des milliers de personnes vous parlent. Vous passez trois jours à parler sans arrêt. Cette maison est totalement isolée. C’est un lieu très privé. Donc dès que je peux, je m’enfuis et je reviens ici. Je trouverai n’importe quelle excuse pour passer du temps ici. » A contrario, la Française Almine Rech-Picasso mêle son travail à son espace personnel. Sa villa bruxelloise n’affiche ainsi que des œuvres d’artistes qu’elle pourrait elle-même représenter : « Je ne représente que les artistes que j’aimerais mettre dans ma maison. C’est la première chose à laquelle je pense quand je visite un atelier. Je ne veux pas me mettre dans la position du marchand, mais dans celle du collectionneur et je me demande si je vivrais avec cette pièce d’art. »

Pour d’autres courtiers, comme Boris Vervoordt, l’art est quelque chose de très personnel. Dans sa maison d’Anvers qui mélange les influences baroques et japonaises, le fils de May et Axel Vervoordt explique que « les oeuvres d’art dans notre maison sont toutes des souvenirs d’amitié et de moments passés ensemble. Collectionner n’est pas une question de propriété ou de valeur, mais de relations personnelles ». Une collection peut aussi être pour d’autres marchands d’art un médium pour s’exprimer, comme Xavier Hufkens et Pierre Marie Giraud qui évoquent leur appartement de Bruxelles : « En tant que collectionneur, vous ne pouvez pas tout acheter. Vous devez choisir, vous devez prendre des décisions. Votre collection parle donc de vous. Et cette maison parle beaucoup de nous»

For Art’s Sake cover
Couverture de For Art’s Sake: Inside the Homes of Art Dealers. Photo de Jean-François Jaussaud

S’ils exercent le même métier, ces éminents marchands entretiennent tous une relation très différente avec l’art et avec leur espace personnel. L’œil subtil de Jean-François Jaussaud expose ces diverses perspectives, enrichies par les textes de Tiqui Atencio Demirdjian, en donnant vie à chacun de ces lieux. Accompagnées d’une préface en latin de l’architecte Peter Marino, ces 384 pages vous feront voyager dans une variété d’univers et de styles où vous pourrez mieux percer la personnalité de ces grands passionnés qui font le marché de l’art.

 

For Art’s Sake: Inside the Homes of Art Dealers

Préface de Peter Marino

Paru le 6 octobre 2020 aux éditions Rizzoli

Textes de Tiqui Atencio Demirdjian, images de Jean-François Jaussaud

https://www.rizzoliusa.com/book/9780847868834