Partager l'article

Balade dans les lieux incontournables du street art parisien

Souvent provoquant, parfois drôle ou à forte connotation politique, le street art, ou art urbain, a tout d’abord investi l’espace public en toute illégalité avant d’être reconnu comme une discipline à part entière, porté par des artistes majeurs et reconnu par des institutions et critiques de renom. En France, et notamment à Paris et sa périphérie, les graffitis et les tags se sont multipliés sur les murs et les façades, certains s’étant pérennisés, pour créer d’authentiques fresques urbaines offrant aux passants un véritable musée à ciel ouvert. 

Conçu pour être éphémère, le street art naît aux États-Unis dans les années 1970, même si l’apparition des « graffitis » remonte à une époque bien antérieure. Sous l’influence d’artistes pionniers comme Richard Art Hambleton, Keith Allen Haring ou René Moncada, qui transforment les simples graffitis en œuvres d’art souvent rattachées au climat sociopolitique de l’époque, cet art urbain se popularise et se répand sur les murs de New York ainsi qu’à l’étranger.

En France, l’art urbain, en tant qu’initiative individuelle, se développe avec les événements de Mai 68. Des artistes précurseurs comme Ernest Pignon-Ernest ou Gérard Zlotykamien contribuent à le faire émerger, en exécutant des œuvres sur des supports urbains de manière spontanée et illégale.

Marqué par le travail des graffeurs américains Seen et Dondi White, l’artiste franco-américain Philippe Lehman dit « Bando », qui vit alors entre New York et Paris, sera l’un des premiers à importer le street art américain en France. Avec des amis, il investit les murs de Saint-Germain-des-Prés dans les années 1980 pour composer des œuvres. À la même période, d’autres artistes pionniers de l’art urbain en France, comme Blek le rat dès 1981 ou Jérôme Mesnager, contribuent à démocratiser un mouvement qui va jusqu’à susciter l’intérêt du ministre de la Culture d’alors, Jack Lang. Le street art s’institutionnalise, porté par des associations et commanditaires, et se retrouve même dans certaines collections de musées d’art contemporain. Aujourd’hui, les rues de Paris offrent une diversité d’œuvres réalisées par des artistes du street art reconnus des deux dernières décennies, parmi lesquels Jef Aérosol, Miss. Tic, C215, Invader et Zevs.

Colorées ou sombres, grandes ou petites, sages ou rebelles, les œuvres des street artists ornent certains murs de la capitale. Égayant les façades, ces fresques interpellent les passants au détour de rues devenues pour certaines emblématiques. Balade dans les lieux les plus représentatifs du street art à Paris.

ABONNEZ VOUS À LA NEWSLETTER

THE VINTAGE FURNITURE
VENTE DE MOBILIER VINTAGE
Grande sélection de meubles, luminaires et décoration vintage. Grands designers scandinaves www.thevintagefurniture.com