Partager l'article

Le manifeste de Chanel au palais Galliera

Pour sa réouverture après deux ans de travaux, le palais Galliera célèbre Gabrielle Chanel.
Cette rétrospective – la première à Paris dédiée à la créatrice – rassemblera une sélection de 350 pièces venues du monde entier. Pour décrypter ainsi un style qui a révolutionné la mode et l’allure féminine.

La marinière en jersey, le pantalon pour femme, les robes de soirée à taille basse et bien sûr la célèbre petite robe noire ou le tailleur en tweed…
Impossible de raconter l’histoire de la mode au XX e siècle sans évoquer Gabrielle Chanel, tant son influence fut considérable. Son vestiaire simple et fluide a libéré la silhouette féminine et a installé la femme dans le XX e , si ce n’est le XXI e siècle.
La force de cette créatrice hors norme est d’avoir su vivre avec son époque, d’avoir pressenti les modes et accompagné le mouvement d’émancipation féminine. De l’ouverture de son premier atelier de modiste en 1909 à sa mort en 1971, Gabrielle Chanel n’a cessé d’affiner une conception résolument moderne de l’élégance. Dès ses débuts en 1912 à Deauville, puis à Biarritz et à Paris, Gabrielle Chanel introduit une silhouette neuve.

Celle qui révolutionne la mode avec ses lignes sobres, simples et fluides affirme : « Il n’y a d’autre beauté que la liberté du corps. »

Privilégiant le confort et jouant avec les codes masculins, Chanel raccourcit les jupes, abandonne la taille et conçoit des tenues fonctionnelles et pratiques. Elle souhaite que les femmes puissent porter un vêtement tout en restant ce qu’elles sont. Ce faisant, elle fonde un « nouveau pacte  entre le costume et le vêtement, selon les mots Edmond Charles-Roux ». Elle propulse ainsi le vestiaire féminin dans la modernité. La sobriété recherchée de ses tenues est aussi synonyme d’élégance : accessoires, bijoux mêlant strass, pierres semi-précieuses et haute joaillerie agrémentent la simplicité très étudiée de la silhouette Chanel.

En parallèle, Gabrielle Chanel est l’une des premières grandes couturières à créer ses propres parfums, à commencer par l’iconique N°5, voulu comme un « parfum de femme à odeur de femme » et qui devint dès 1929 le parfum le plus vendu au monde. Travailleuse acharnée, cette créatrice qui devint riche en inventant le « genre pauvre » bâtit un empire sur un nom devenu symbole d’une élégance française à la fois chic et moderne.

ABONNEZ VOUS À LA NEWSLETTER

THE VINTAGE FURNITURE
VENTE DE MOBILIER VINTAGE
Grande sélection de meubles, luminaires et décoration vintage. Grands designers scandinaves www.thevintagefurniture.com