SALON PRECO PARIS : Interview avec Jean Marie Quenault

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Découverte, partage et passion. Ce sont les mots qui nous viennent à l’esprit lorsqu’est
évoqué le salon Preco Paris, car c’est l’un des rendez-vous incontournables de l’année
dans l’industrie du textile.

Des tissus à tout-va et une beauté brute qui fait toute la différence.
Tout le secteur de la mode est en pleine réflexion sur l’avenir qui lui est réservé après la
pandémie, et le salon Preco Paris vient à point pour sauver la mise.

Les 15, 16 et 17 juillet 2020, l’optimisme des acteurs de l’industrie du textile devrait ainsi
être à son comble. Trois dates exclusives auxquelles se réuniront des représentants de
fabricants de tissus européens en plein cœur de la capitale.

Le salon Preco Paris est un événement propice aux échanges créatifs – une réelle
aubaine pour les acteurs de la mode – dédié à la présentation des pré-collections des
tisseurs aux designers, aux chefs de produits, aux acheteurs et aux marques de mode,
bien avant les salons traditionnels.

Acumen Galerie Joseph a eu l’occasion de découvrir la vision de Jean-Marie Quenault,
précurseur et organisateur du salon Preco, à travers une interview exclusive.

La mode à l’état brut au Salon Préco Paris

L’effervescence et la créativité sont au centre des attentions, le tissu est roi, et les tisseurs
sont les plus glorieux.
Le salon Preco Paris est essentiel cette année pour redonner une nouvelle once de beauté au monde.

« Le Salon est l’aboutissement d’un regroupement d’agents du textile en association qui leur permet de présenter dans un lieu unique beaucoup de pré-collections en peu de temps. Preco Paris a été en France le précurseur de ce concept, suivi quelque temps plus tard par le salon Blossom du groupe Première Vision. » 

Le tissu est l’objet phare du salon Preco. Un objet important placé sur un piédestal durant l’événement parisien pour faire tourner les têtes des agents du textile européen.
« Le Salon donne la possibilité aux exposants de rencontrer la majorité de leurs clients habituels en très peu de temps, ainsi que de découvrir de nouveaux clients. Les visiteurs qui viennent à Preco Paris sont tous des acteurs de la mode homme, femme, enfant ayant besoin de matières premières. »

Le secteur du textile est en pleine expansion et, entre innovations et nouvelles tendances, les idées affluent et les fabricants de tissus se renouvellent.

« Le dernier salon Preco Paris était donc pour la saison été 2021. Les tendances sont multiples car nous couvrons un secteur textile très large ! Mais ce qu’il en ressort, c’est que les acteurs de la filière textile sont de plus en plus sensibles à l’écologie du textile. »

Pendant le salon Preco Paris, la Galerie Joseph accueille un grand nombre de designers au 116, rue de Turenne, l’épicentre d’un événement inédit.

Que pensez-vous de cette collaboration avec nos galeries situées dans le Haut-Marais ?
« La collaboration entre la Galerie Joseph et Preco Paris est atypique et, en dehors
du cadre d’un business habituel, le fondateur de la Galerie Joseph connaît très bien
le monde du textile, notamment les contraintes et les impératifs. Sans son aide
précieuse, Preco Paris n’aurait pas pu voir le jour. »

La Galerie Joseph au 116, rue de Turenne sera le centre névralgique de la rencontre entre des professionnels qui mettent en avant leurs expertises et qui, durant trois jours, vont apprécier des matières, des couleurs, des assemblages et des textures différentes.
Le Salon organisé pendant le mois de juillet est un nouveau départ, vu la conjoncture sanitaire. En dépit de cela, le monde n’a qu’à bien se tenir ! Les tissus sont restés longtemps cloitrés mais, en été, ils referont leur apparition pour être exposés et présentés au gré d’une programmation étoffée. Cela prendra une ampleur saisissante pour faire valoir un travail minutieux, accrocheur et, sans aucun doute, indispensable.

 

PRECO PARIS : Plus que jamais une nécessité pour l’industrie du textile

Covid ou pas, le salon Preco aura bien lieu, avec des précautions prises par les organisateurs et un respect des règles d’hygiène et de distanciation.
« Le prochain Salon devra faire face à la problématique sanitaire due au Covid-19, et
nous devrons assurer la sécurité des visiteurs ainsi que celle des exposants. Cela
implique de repenser totalement le Salon, de mettre en place des mesures de
distanciation sociale, et de proposer des équipements sanitaires. »

Il est donc inévitable que les conséquences se feront sentir.

« Il est difficile de prévoir et d’anticiper pour élaborer une stratégie au niveau des fabricants de tissus. Depuis toujours, lors de fortes crises, la réaction a été de privilégier les produits classiques et intemporels en matière de style. Mais laprincipale préoccupation sera financière ! En effet, la pandémie actuelle a mis à mal beaucoup d’acteurs du secteur, les magasins étant fermés depuis plusieurs semaines, et le sur-stockage va impacter les futures commandes. La prochaine saison hiver est déjà en baisse, mais ce sont surtout les  prises de commandes de la saison été 2021 qui seront touchées par l’impact de la situation actuelle. »

Le Salon qui se tiendra prochainement dans l’un des espaces proposés en location par la Galerie Joseph au 116, rue de Turenne, sera plus que jamais une nécessité pour l’industrie du textile et constituera une réelle chance de faire valoir son travail.
Le secteur du textile et de la mode reprennent une nouvelle dimension, avec des mouvements plus engagés, une diversité des tissus, des techniques nouvelles et une clientèle influente. Tout cela sera mis à nu devant les yeux ébahis des amateurs et professionnels du textile.

« Le secteur textile devra faire face à de grands challenges à la suite de la pandémie. Certains fabricants proposent des tissus avec de nouveaux finissages anti-bactériens ou avec beaucoup d’autres propriétés nouvelles. »

 

L’urgence de changer notre manière de consommer

Il est impératif de questionner sa manière de consommer. Le fait de créer intensément, sans réellement comprendre le sens qui émane des collections et des matières utilisées, pousse les marques à changer leur planning, et à mettre la main à la pâte pour faire bouger les choses dans une industrie qui en demande toujours trop.

« Depuis des années, beaucoup d’acteurs du secteur parlent de multiplier les collections, de sortir du schéma bi-annuel, mais cela n’a jamais été vraiment possible, du moins pour un produit moyen à haut de gamme. En résumé : pour faire du beau tissu, il faut du temps ! 
Les designers et les grandes maisons qui souhaitent modifier leur calendrier de présentation vont dans le sens de Preco Paris. La tendance en matière de timing de collection impose un avancement de ce denier. C’est aussi une des raisons de la création du Salon. Nous, les tisseurs, nous sommes à la base des acteurs du secteur créatif, nous sommes la « matière première » indispensable pour élaborer des collections de vêtements. »

L’optimisme est au cœur de la prochaine édition du salon Preco Paris et Jean-Marie Quenault nous rassure.

« Nous pensons que l’ambiance de ce Salon sera un peu spéciale, avec la mise en place des mesures sanitaires: port du masque qui sera fourni à l’entrée, gels hydroalcooliques sur toutes les tables de présentation et un buffet de déjeuner du midi conçu différemment à cause des précautions que nous devrons prendre.
Nous espérons que l’organisation que nous mettrons en place rassurera les visiteurs, et nous sommes résolument optimistes et conscients que Preco Paris est plus que jamais nécessaire à la filière textile. »

Le salon Preco Paris est l’événement incontournable à ne pas rater. Une nouvelle page se tourne, et on ne cessera de soutenir les créateurs qui travaillent d’arrache-pied pour vivre de leur passion.