Valéry Demure une passion étincelante

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Un bijou est un accessoire qui donne de la force à celui ou celle qui l’arbore. C’est un objet d’art dont la symbolique a changé au fil du temps. Telle est la vision de Valery Demure, qui a créé son agence en se basant sur sa passion pour cette forme artistique nouvelle.

L’agence Valéry Demure propose son expertise à un grand nombre de créateurs, et designers. Qui sont tous fidèles à leurs envie de créer des bijoux qui reflètent leurs valeurs et leurs principes. 

Depuis quelques années les marques que Valéry Demure promue sont présentées dans des showrooms et des boutiques à Paris, et New-York, Londres et dans le monde entier. Ainsi que des grandes foires dédiées au design, à l’art et à la mode. 
Une nouvelle conception du bijou éclectique, et accessible est proposé par de nouveaux designers, pour le plaisir de clients connaisseurs et sophistiqués. 

Galerie Joseph a choisi de dresser le portrait de cette femme au goût affirmé.  Dont les marques sont présentes depuis déjà huit ans dans nos espaces atypiques dans le Haut Marais. 

Valéry Demure, amoureuse du bijou

Valéry  Demure est connue dans le domaine des bijoux et accessoires de luxe pour son œil averti. Fondatrice de son agence éponyme ainsi que de son e-shop. Elle aime les objets insolites et notamment les bijoux qui, pour elle, font vivre des émotions intenses à ceux qui les contemplent et les portent.

Grâce à son agence , elle a pu introduire, et promouvoir des créateurs dans un marché sélectif comme la joaillerie.

Les relations publiques, la communication, la vente et la stratégie de marques sont les domaines de prédilection de son agence. Elle sélectionne le travail de designers et les représente.

La singularité de ses choix, et sa connaissance des produits  lui permettent de prendre des décisions motivées par sa sensibilité face aux bijoux.

« Ma sélection est déterminée par mon gout personnel, par mes coups de cœur, par mon instinct. Je ne présente pas des créateurs si je n’aime pas leur travail et bien sûr j’aime représenter des créateurs dans une relation de respect mutuel, de confiance et de dialogue. Mon goût personnel est très affirmé, je sais très rapidement si quelque chose me plait ou me déplait ou m’indiffère. Je suis très passionnée et décisive. » Nous a-t-elle spécifié pendant l’interview. 

Valéry Demure est curatrice de son projet conceptuel « Objet d’émotions » . 

Elle nous révèle que ce dernier est né d’une frustration face à la distribution de ses marques en boutiques et en grands magasins. Que par ailleurs leurs façons de faire, ne se mariaient pas avec sa vision de promouvoir ses créateurs.

Elle a lancé ‘Objet d’Emotion’  il y a deux ans, « J’ai compris ces dernières années que mon talent réside dans ma curation très singulière et ma promotion consistante des créateurs avec lesquels je choisis de travailler. Donc Objet d’Emotion est un projet qui me tient très a cœur. It is a labour of love !  » Valery y entame un dialogue avec des femmes et hommes passionnés de bijoux, d’objets, de design, d’art et de beauté.  « Chacun a un sens intime du Beau. » Selon Valery.

Objet d’Emotion est une réflexion essentielle sur l’appréciation, la consommation et l’expérience.

Depuis plusieurs années les collections qu’elle promue sont présentes dans les espaces atypiques de Galerie Joseph durant la Paris Fashion Week. Et pendant Le PAD Paris, le grand rendez-vous Art et Design pour amateurs et collectionneurs chevronnés. Où se côtoient objets de design historiques et contemporains, arts premiers et bijoux précieux. Un véritable eldorado qui lui permet de partager ses coups de cœur avec une clientèle connaisseuse , collectionneuse, ou tout simplement à la recherche d’autre chose de ce qui est proposé en boutique. 

« Ce sont des foires qui nous apportent une clientèle connaisseuse, et nous permet une belle visibilité. Nous créons avec beaucoup de plaisir une belle scénographie aussi. Nous pouvons proposer une curation plus artistique, plus pointue. Nous pouvons proposer des créations uniques, des bijoux très artistiques qui n’auraient pas de lieu d’exposition sinon. Les boutiques désormais ne prennent plus aucun risque et présentent toutes les mêmes marques. D’où peut-être une lassitude de la part des clients. Les foires telles que le PAD sont très inspirantes et auront de plus en plus de succès. »

Le bijou, un acte poétique

l’amoureuse du bijou nous a confié que sa bague de fiançailles en or blanc avec des diamants noirs, réalisée par Vicki Sarge était le bijou qui lui tenait le plus à cœur, et qu’elle ne quitte jamais. 

« Pour moi le bijou en dit bien plus sur la personne que le vêtement. Le bijou informe sur la culture, la classe sociale, et le style de la personne qui le porte. »

Elle considère le bijou comme un objet d’art, qui est intimement relié à la personnalité. 

« Je ne suis pas intéressée par les bracelets Cartier ou les marques ‘statut.’ Mes bijoux sont tous très singuliers et définissent bien ma personnalité. Je n’aime pas porter ce que tout le monde porte, je n’aime les uniformes, en fait le concept de « trend » ne me séduit pas, ce n’est pas pour moi. »

Historiquement le bijou était un investissement et une sécurité pour les femmes. Une monnaie d’échange qui aujourd’hui est devenue, pour certains, un acte poétique, une preuve de singularité. Pour Valéry Demure cela importe beaucoup, l’unicité d’un accessoire, ses formes, son volume, sa texture, sa symbolique, et sa nature sont précieux. Et c’est sur ces concepts là qu’elle travaille aujourd’hui et qu’elle entreprend à mettre en avant à travers ses sélections de bijoux uniques. 

« Il y a des matériaux qui me plaisent beaucoup, j’aime beaucoup les matériaux non traditionnels qu’utilise Monique Pean dans ses créations : l’os de dinosaure, l’ivoire de mammouth, phoque fossilise qu’elle fait graver par des artisans, j’aime aussi la météorite, j’aime la céramique, l’émail , l’aluminium, j’aime beaucoup les pierres avec des inclusions, telles que l’Agathe dendritique, le quartz rutile …etc. J’aime aussi l’ébène.… »

Et suivre les tendances ne l’intéresse pas  non plus.

« Les tendances ne m’intéressent pas vraiment. J’ai des coups de cœur, et je succombe ! Récemment j’ai craque sur les bijoux de Palwer, je suis en discussion avec Cora Sheibani dont j’adore le travail, j’aime aussi beaucoup le travail de Monique Pean, qui est assez avant garde. Je ne suis pas en recherche de nouveauté permanente. La nouveauté n’est pas une obsession pour moi. Je considere la nouveauté comme une aberration, nous ayant apporté une quantite de produits médiocres. »

Une sélection de créateurs indépendants

Valéry Demure promue une communauté de personnes qui sont intriguées par le travail, par la provenance, le savoir-faire et qui croient en un certain savoir-vivre. 

Elle travaille avec plusieurs designers, chacun apporte sa touche de poésie, son univers. Ainsi qu’un travail personnel et authentique. Elle aime aussi le créateur ou la créatrice avec lequel elle s’associe en tant qu’être humain. Le designer transmet un peu de son âme à travers le bijou, une identité très marquée, et un langage propre. 

L’amoureuse des bijoux aime travailler avec des indépendants dont le travail reflète de refléter une certaine authenticité. 

« La provenance est très importante, j’aime travailler avec des créateurs indépendants qui ont développé leurs propres signatures, qui ont des pratiques éthiques, qui produisent leurs bijoux dans des petits ateliers avec des artisans très pointus, et aident à préserver un artisanat de qualité. Certaines techniques, certaines traditions aussi, tout en innovant bien sûr. Comme dans le prêt-à-porter, nous savons que le bijou peut aussi avoir un impact très négatif sur des communautés, sur l’environnement, le commerce des diamants, des pierres précieuses, de l’or peut financer des conflits, des guerres. Nous pouvons aussi parler de l’esclavage moderne, du travail des enfants… Donc la traçabilité est cruciale pour moi. »

Elle nous avoue que cela prendra certainement 12 à 18 mois, avec la conjoncture sanitaire actuelle pour reprendre les finances dans une économie  globale fragilisée. Mais il reste important de continuer à considérer le bijou comme un luxe qui nous permet de célébrer des moments extraordinaires. 

C’est pour cela que les créateurs continueront à créer de beaux accessoires, mais avec le plus de flexibilité.  « Le bijou reste un symbole d’amour.»

Le succès d’un marché de connaisseurs .

Sa clientèle est sophistiquée et connaisseuse mais pas nécessairement élitiste. L’objectif de Valéry Demure est de créer une communauté de clients qui s’intéressent réellement aux bijoux. Elle souhaite éduquer ces derniers, et les rassurer en les aidant et en les guidant.

« Il faut aussi savoir que le marché du bijou est extrêmement saturé et confus. Le client s’y perd. Nous apportons un point de vue qualitatif et artistique sur le bijou.. »  Selon Valéry Demure.

Aujourd’hui la tendance est au bijou à la commande, le client souhaite se procurer un design unique, choisir ses matériaux. Ainsi ce dernier peut avoir une véritable relation avec le designer . Cette crise n’empêchera pas les amateurs de bijoux de se procurer les plus belles créations que Valery Demure promue. La situation est inédite, et pour Valery cette crise changera certainement les habitudes de tout le monde dans son domaine. 

« Je souhaite être organisée, Objet d’Emotion, notre plateforme n’a que 2 années d’existence. Nous devons déjà structurer et ensuite nous verrons. Nous devons déjà structurer et ensuite nous verrons. J’aimerais trouver des partenaires, investisseurs car je pense que notre concept est porteur, et pour moi cette crise va changer les habitudes de consommation, et va donner encore plus de sens à notre démarche. Nous avons dans ces deux années passées obtenu des résultats très encourageants. Je crois aux collaborations et aux partenariats, mais pas n’importe comment. Tout doit être réfléchi et consistent. Nous devons considérer le long terme et non pas tout faire à court terme. »

La conjoncture actuelle est certainement un défi pour les marques que représentent Valery Demure, et pour ses clients. 

« Les commandes passées par les clients particuliers auprès d’ Objet D’Emotion n’ont pas été annulées ou reportées. Par contre les commandes passées par les boutiques auprès de notre showroom, c’est beaucoup plus compliqué. Certains clients attendent de voir comment cette crise se développe, certains clients reportent leurs commandes a Juin, Juillet. Tout est effectivement plus ou moins en suspens. Nous avons reçu des commandes mais certainement pas autant que dans une situation normale » nous précise-t-elle.

Valéry Demure reste tout de même positive face à la situation actuelle.

« Notre prochain showroom en Juin sera certainement digital car nous avons trop peu d’informations sur les restrictions de déplacements des acheteurs, sur les problèmes d’assurance des grands magasins qui ne peuvent pas déléguer leurs équipes … Nous ne savons même pas si les points de vente après ces semaines de fermeture auront des budgets pour passer commande auprès de nos marques. Nous comptons retrouver nos clients, acheteurs fin Septembre-début Octobre à  Paris et peut-être New York. En ce moment tout est encore assez flou. Mais nous restons positifs. »

Cette femme de goût porte en elle un amour sans fin pour les bijoux et les accessoires. Elle choisit les marques avec lesquelles elle collabore en suivant son instinct, et son cœur. Les créateurs qu’elle représente sont tous, sans exception, exigeants et s’engagent à créer des bijoux d’une grande beauté. Leurs valeurs et leurs passions les incitent à produire des œuvres d’art qui se portent. Et qui sont destinées à une clientèle que Valéry Demure tient absolument à guider, à éduquer, et à inspirer. C’est une femme qui aime le bijou, parce qu’on a la possibilité de le posséder, mais il nous possède aussi. 

sur instagram : @objetdemotion