Julia Haumont, portrait d’une artiste passionnée

On vit dans une époque où la diversité artistique et l’infinie pluralité des pratiques et des trajectoires finissent par réunir un grand nombre d’artistes.
L’expansion de la création contemporaine crée une vaste utopie autour du désir et de la curiosité suscitées par le travail de chaque artiste. Ceux qui se croisent, se reconnaissent, et s’engagent. Pour ainsi agir en faveur d’une scène qui puise son essence dans le rayonnement de certains artistes qu’on a eu l’honneur d’exposer dans nos galeries.

Julia Haumont est une artiste parmi ceux que Galerie Joseph a accueilli dans un de ses espaces atypiques, disponibles à la location, dédiés à l’art dans le Haut Marais. C’est pendant l’exposition Decade qui a réuni neuf artistes que ses créations ont été présentées. On y perçoit ses œuvres qui reflètent une fragilité, une sensualité, et beaucoup de détermination.

Galerie Joseph , la référence de la location d’espaces à Paris, dresse le portrait d’une femme artiste aux mille et une technique.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

Un travail harmonieux qui découle d’une passion désuète

Julia Haumont aime rappeler que son travail est inspiré de sa famille, de son enfance. Une partie de sa vie qu’elle retranscrit dans ses œuvres de manière à les déformer. Tout en gardant des formes apaisantes qui lui rappellent l’infinité de son enfance.
Un passé qui nourrit un présent. A travers lequel elle extrait par le biais de ses céramiques, ses bustes, ses porcelaines, ses compositions et ses gravures une délicatesse mélancolique.
L’artiste est diplômée de l’Ecole Nationale Supérieur des Beaux-Arts de Paris.  Son travail a été exposé dans des galeries de la capitale, et à Shanghai.

C’est en 2009, qu’un carton contenant des photographies d’elle en bas âge et enfant, a refait surface. Et lui a ainsi permis de se réapproprier des souvenirs. Tout en lui donnant un pouvoir sur une enfance ludique qui rime avec innocence, pudeur, exhibition, intimité et séduction.

Elle commença à dessiner, puis à peindre.  Julia se rendit compte que la gravure et la sculpture lui permettaient de réaliser des travaux où l’espace sensoriel se compose de matériaux propres à l’enfance. Elle créa du figuratif, du réel qui se nourrit de sa propre mémoire.

Avant d’embrasser la sculpture et d’en faire un métier, sa sensibilité pour la matière et le tissu était déjà présente. De part ses études de stylisme et son passage à l’école de la chambre syndicale de la couture parisienne.

Une passion qu’elle délaisse jusqu’au jour où elle revient vers le textile. Pour ainsi développer des techniques qui lui sont propres. Deux techniques qui émanent d’une certaine sensibilité pour le tissu et le matériel.

Le tissu, et la céramique. 

Le tissu elle l’aime, pour la transparence qu’elle lui apporte, elle le déchire, le découd, le recoud, le brode, et en fait un accessoire. Ce dernier s’impose et se concrétise au fur et à mesure que son travail s’ajuste.
La céramique lui permet d’imposer un travail.  A travers  ce médium délicat , il émane une fragilité et une force, tout en utilisant un matériel délicat.

Camille Paulhan, critique et historienne de l’art a ainsi décrit l’artiste:
“Julia Haumont dit aimer les techniques qui permettent de figer une matière sur une autre : eau-forte, broderie, teinture sur toile, céramique émaillée… Pourtant, rien de lourd dans son travail, mais une fragilité déconcertante mêlée de détermination”

Julia Haumont sculpture

Un style unique et une spontanéité surprenante

Julia Haumont s’inspire d’archives de photos. Elle se laisse surprendre par la matière.
La spontanéité dans son travail est une chose importante pour refléter une sincérité et lui permettre de jouer avec les formes. Les configurer en fonction du temps que la matière peut prendre à se modeler, et à sécher.

L’artiste cherche un équilibre et une harmonie. Elle veut faire évoluer ses sculptures de façon à rester fidèle à ses souvenirs. Sans pour autant l’être à la photographie qui inspire son oeuvre.

Modeler une pièce lui prend environ un mois, une réflexion précède éventuellement la construction.  Elle compare son travail à celui d’un peintre. Mais qui se fait à l’aveugle parce qu’une fois l’émaillage aux fourneaux, la cuisson est magique, et ne se fait pas sous ses yeux ébahis. Pour ensuite surprendre l’artiste.
“les couleurs n’apparaissent qu’après cuisson. Il y a toujours un effet de surprise et des accidents qui peuvent être intéressants. L’attente de l’ouverture du four, qui se fait un ou deux jours après l’enfournement, et donc la découverte du résultat, est assez excitante.” nous précise Julia.

Des inspirations et des intrigues qui ravivent sa créativité

Julia Haumont emploie souvent le mot harmonie pour décrire ses inspirations. Musique, art, images, tableaux, photographies, spectacles, films, lui confèrent un sentiment constant qui consolide avec l’âme paisible et passionnée qu’elle a su construire et refléter à travers ses œuvres.

Les formes, les matières, les mots et les couleurs captivantes utilisés dans les travaux d’artistes tels que Matisse, Viallet , Boltanski, ou encore Henry Darger sont de vraies sources d’inspiration pour Julia.

Elle ne veut pas cloisonner les émotions de ceux qui regardent son travail. L’artiste laisse libre cours à l’esprit de chacun, et aux émotions qui leur sont propres,  pour recevoir un message non contextualisé à travers ses sculptures.
Entre violence, décadence et douceur, les avis sont nombreux. Ce que Julia souhaite, c’est faire vivre une expérience unique à chaque personne, pour qu’elle puisse être renvoyée vers elle même, vers un sentiment, un souvenir, une enfance, et des émotions qui sont uniques .

Julia Haumont n’a pas fini de nous surprendre. Elle exposera à La Galerie Guido Romero Pierini Michael Timsit à Paris, avec Cécile Guettier.
La nominée au prix Science Po pour l’art contemporain sera aussi à la “H Gallery”, pour l’exposition “Vivre un jour de plus”. Des événements que Galerie Joseph, ne manquera pas de relayer. On peut retrouver Julia et d’autres artistes au 20,21 et 37 Chapon, des espaces disponibles à la location. Au cœur du quartier historique du Haut Marais, un quartier branché.
Entouré par de nombreuses galeries d’art et boutiques de créateurs, ces espaces sophistiqués est idéals pour tous types d’événements.

Julia Haumont work