DANIEL ANGELI:

40 ANS DE SCOOPS 

EXPOSITION

Du 7 juillet au 3 septembre 2017

EXPOSITION

« Daniel ANGELI, 40 ans de SCOOPS »

Dans le cadre du CYCLE HOLLYWOOD et ses trois expositions estivales (« PIN-UP, L’Age d’Or du Balnéaire » et « Steve McQueen Style »), Ghislaine Rayer et Patrice Gaulupeau orchestrent une rétrospective consacrée à Daniel Angeli, l’un des plus grands photographes de stars.

Après la publication de son livre, Vies Privées, chez Gründ, Daniel Angeli dévoile dans cette exposition une centaine de photos dont une trentaine d’inédites jamais exposées.

POUR LA PREMIÈRE FOIS EN FRANCE, LES INÉDITS DE DANIEL ANGELI : DANS L’INTIMITÉ DES PLUS GRANDES STARS HOLLYWOODIENNES !

DANIEL ANGELI : LE DERNIER DES « PAPARAZZI »

Elégant et énigmatique, timide et bavard extraverti, égocentrique et généreux, le portrait de Daniel Angeli n’en finit pas de troubler ceux qui le connaissent. N’ayant vécu depuis l’âge de 16 ans  que pour sa seule passion, la photographie, il a passé sa vie au rythme de celles des stars, quitte à en oublier la sienne. Son quotidien fut, quatre décennies durant, rythmé par les vacances  des célébrités : l’été à Saint Tropez, l’hiver à Saint Moritz ou Gstaad, mais aussi dans les festivals, Venise, Deauville et bien sûr Cannes qu’il a « couvert » plus de 30 fois.

Daniel Angeli, très souvent surnommé « Le Roi des Paparazzi », est plus certainement « le dernier des paparazzi », tel que l’entendait Federico Fellini, le père de l’appellation. Époque bénie où les people n’existaient pas, les années 60/90 furent l’âge d’or du photographe. Fréquentant au quotidien les Stars, les vraies, celles qui ont du talent; un climat de confiance s’installait jusqu’à ne plus avoir besoin de les traquer, de les tromper, il suffirait à Daniel Angeli de les attendre…

Pour certaines, la confiance était telle qu’elles donnaient à Daniel l’heure de leur promenade, de leur sortie d’hôtel, de leur baignade ou de leur descente en ski. C’est ainsi qu’une relation amicale s’installait entre les deux parties, chacun sachant pertinemment qu’ils avaient besoin l’un de l’autre. Parmi celles-ci, on peut citer John Lennon, Eddie Barclay, ou Aristote Onassis, alors l’homme le plus riche du monde. À ce dernier, Daniel Angeli, lors d’une de leurs promenades digestives et photographiques, s’était risqué à lui demander « Monsieur Onassis, comment devient-on milliardaire ? », la réponse de l’armateur fut sans appel, « Certainement pas en faisant votre métier ! »

Daniel Angeli a, durant ces quatre décennies, photographié toutes les célébrités, qu’elles soient têtes couronnées ou artistes, comédiens ou politiques. De Mastroianni à la Reine d’Angleterre, de Salvador Dali à Paul Newman, de Jackie Kennedy à Elisabeth Taylor en passant par le mariage de Mick Jagger, son livre d’or photographique est impressionnant. Et ce qui l’est plus encore, c’est que la course folle du travail quotidien de Daniel, imposait une utilisation immédiate des clichés. Le lendemain était un autre jour, les clichés de la veille étaient rangés, presque oubliés. Sur des dizaines de milliers de négatifs, des centaines de sublimes photos inédites restent à découvrir, des chefs d’œuvre en devenir…

C’est désormais la principale activité de Daniel Angeli, répondre aux nombreuses sollicitations d’expositions  et rechercher pour celles-ci, les documents oubliés, la « photo qui tue », la « Plaque », comme on dit dans le milieu.

Exposition

« Daniel ANGELI, 40 ans de SCOOPS »

Du 7 juillet au 3 septembre 2017

 

galerie | JOSEPH | froissart

7 rue Froissart, 75003 Paris – Le Marais
info@galeriejoseph.com
Tél : +33 (0)1 42 71 20 22
Fax : +33 (0)1 42 71 00 11

DANIEL ANGELI EN QUELQUES DATES…

– Daniel Angeli naît le 27 septembre 1943 à Paris 14e

– Premier contact avec la photo, il devient à 16 ans, laborantin à l’agence photographique  Dalmas

– Il  créé sa propre agence de presse (Angeli) en 1968.

– Il devient en 1996 le photographe personnel de Johnny Hallyday et le restera durant 15 ans

– Il a à son actif (entre autres), une cinquantaine de couvertures pour Paris Match

– Depuis 2010, Daniel Angeli se consacre à l’exhumation patiente des « chefs d’œuvres oubliés » de sa photothèque.